Devenir consultant : mode d’emploi

Mis à jour le mardi 16 janvier 2024
Publié le jeudi 10 août 2023

Le statut de consultant séduit et intéresse de plus en plus de personnes à la recherche d’un renouveau professionnel.

Être son propre patron, être libre de travailler chez soi, à l’autre bout du monde ou bien encore pouvoir choisir ses horaires de travail : il faut dire que le consulting dispose de nombreux avantages.

Asian young woman holding credit card and using laptop computer while sitting in cafe. Online shopping concept. Copy space.

L’évolution du consulting

Phénomène émergeant au début des années 2000, le consulting a beaucoup évolué depuis son apparition. Pendant longtemps les consultants étaient des personnes possédant de petites structures pour répondre aux besoins des entreprises dans les domaines de l’efficacité opérationnelle, de la gestion financière et de la planification stratégique. Entre 2000 et 2010, les entreprises cherchaient à s’adapter aux évolutions du marché mondial et à la mondialisation croissante. De nouvelles disciplines de conseil, telles que la gestion des technologies de l’information, la stratégie numérique et le conseil en développement durable, ont donc émergé.

C’est en 2010 que le statut de consultant connaît un véritable succès avec notamment une demande accrue de services de conseil en technologie, transformation numérique et en gestion. Les entreprises ont cherché à s’adapter aux nouvelles réalités économiques et technologiques, et le consulting a joué un rôle crucial dans leur évolution.

C’est à ce moment-là que le nombre de consultants va commencer à croître en continu. En effet, si en 2008 le nombre de consultants en Suisse était de 790 000, il atteignait en 2019 les 900 000 selon l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Néanmoins, se lancer en tant que consultant n’en reste pas moins une étape à franchir et peut en effrayer plus d’un.

Quelle différence entre salarié classique et salarié consultant ?

Être consultant est différent du statut de salarié classique. Ce qui marque véritablement cette différence est le lien de subordination. En effet, le salarié est uniquement lié à son entreprise par un contrat de travail. Il est soumis aux obligations que lui dicte son entreprise et exerce des missions pour l’entreprise qui l’a embauché.

À l’inverse, le salarié consultant est également lié à l'entreprise de payrolling par un contrat de travail, mais peut effectuer des missions pour un ou plusieurs clients de son choix et est autonome dans la gestion de son organisation. Nous sommes, dans ce cas, dans une relation tripartite entre l'entreprise de payrolling, le consultant et son client. Cette relation est encadrée par un contrat de travail et de prestation.

Cela amène à se demander quelles sont les principales raisons de se lancer dans l’aventure et de devenir un consultant ?

Helvetic Payroll vous révèle tous ses conseils pour devenir consultant et réussir son lancement d’activité.

Quels sont les avantages ?

Travailler sur ce que l’on veut et pour qui on veut

Le statut de consultant offre bien des possibilités et une grande marge de manœuvre à tous ceux qui le choisissent. De ce fait, le travailleur est libre de choisir les missions sur lesquelles il désire s’investir et ses clients. Ainsi, il pourra refuser une mission, s’il considère qu’elle n’entre pas dans ses critères. Que ce soit pour des raisons éthiques, financières ou tout simplement parce que le projet ne l’intéresse pas. De même, le consultant est donc libre de choisir les entreprises auprès desquelles il va réaliser sa prospection lui permettant par ce biais de cibler les missions qui l’intéressent le plus.

L’absence de routine professionnelle

Travailler en tant que salarié au sein d’une entreprise peut comporter certains aspects lassants, notamment lorsque les activités professionnelles consistent à répéter inlassablement les mêmes tâches jour après jour. Cela peut entraîner une sensation de routine et de stagnation, qui peut affecter la motivation et le bien-être au travail.

En revanche, le consulting offre aux professionnels une alternative stimulante et enrichissante. L’un des avantages essentiels du consulting réside dans sa capacité à offrir une variété de missions et de projets. Les consultants ont l’opportunité de travailler sur une multitude de projets différents, dans des secteurs variés, auprès de clients diversifiés. Cette diversité de défis professionnels les maintient constamment engagés et passionnés par leur travail.

Par ailleurs, le consulting confère une flexibilité inestimable aux professionnels. Les consultants peuvent ajuster leur charge de travail en fonction de leur état de fatigue physique ou morale, ce qui leur permet de préserver leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Cette flexibilité leur donne la liberté de décider quand ils souhaitent prendre des congés, ralentir le rythme ou se consacrer pleinement à un projet spécifique.

Travailler quand on veut

L’un des avantages majeurs du consulting réside dans la gestion flexible du temps. Les consultants jouissent d’une liberté considérable pour organiser leur emploi du temps. Bien sûr, ils doivent respecter des horaires lors des rendez-vous avec leurs clients ou lorsqu’ils interviennent au sein d’une entreprise, mais ils conservent une grande marge de manœuvre pour répartir leur charge de travail.

Par exemple, un consultant spécialisé dans la rédaction de contenu peut adapter son emploi du temps selon ses préférences. S’il est plutôt productif le soir que le matin, il peut concentrer la totalité de son travail sur l’après-midi et le soir, sans que cela n’entrave son efficacité ni ne pose de problème à quiconque.

Cette flexibilité temporelle permet aux consultants de concilier au mieux leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Ils peuvent choisir les moments où ils sont le plus productifs et s’organiser en conséquence. De plus, cela leur offre la possibilité de gérer les imprévus et les urgences de manière plus souple, tout en maintenant un niveau élevé d’efficacité dans leur travail.

La liberté de choisir sa rémunération

Bien que le statut de consultant puisse être perçu comme précaire pour certains en raison des revenus variables, il représente également une option bien plus attrayante que le contrat à durée indéterminée (CDI) pour bon nombre d’entre eux. Les consultants ont la liberté de fixer leurs tarifs journaliers entre 300 et plus de 1’000.- CHF, voire davantage pour les consultants hautement qualifiés dans des domaines spécifiques, ce qui leur offre la possibilité de doubler voire de tripler le salaire qu’ils auraient pu percevoir en tant que salarié dans un emploi traditionnel.

En optant pour le statut de consultant, ils peuvent bénéficier d’une plus grande flexibilité et d’une autonomie accrue dans la gestion de leurs revenus. En ajustant leurs tarifs en fonction de leur expertise, de la demande du marché et du type de missions qu’ils réalisent, les consultants peuvent exploiter leur potentiel de gain de manière significative.

Quels sont les inconvénients ?

Des revenus irréguliers

Le principal désavantage auquel doit faire face un consultant réside dans l’irrégularité de ses revenus. En effet, le consultant génère des revenus en réalisant des missions pour différents clients. S’il se retrouve sans mission pendant une certaine période, que ce soit pour des raisons de disponibilité du marché ou autres, il ne percevra aucun revenu, à moins que son statut lui donne droit à des prestations de chômage. Cette situation peut donc entraîner une certaine précarité financière pour le consultant.

Des règlements également irréguliers

Le paiement en différé, courant dans le travail de consultant, peut représenter un inconvénient. Il est essentiel de considérer cette situation afin de prévenir tout problème de trésorerie. Posséder des notions de comptabilité sera un véritable atout, cependant, en l’absence de ces compétences, il peut être judicieux de solliciter l’aide d’un comptable pour une gestion financière plus efficace.

Un régime social différent

Un autre aspect défavorable du travail de consultant réside dans la faible couverture sociale qu’il implique. Contrairement aux employés salariés, les consultants ne bénéficient pas des mêmes prestations sociales et avantages offerts par les employeurs, tels que l’assurance chômage, les congés payés, les assurances maladie collectives et autres régimes de protection sociale.

En tant que consultants, ils doivent prendre en charge eux-mêmes ces aspects cruciaux de la protection sociale, ce qui peut représenter un coût financier supplémentaire. Souscrire à une assurance maladie privée ou à un régime de retraite individuel peut être onéreux. De plus, l’absence de congés payés signifie que les consultants doivent prévoir financièrement les périodes où ils ne travaillent pas, telles que les vacances ou les périodes de maladie.

Devenir consultant ne signifie pas obligatoirement renoncer à son statut de salarié. En effet, il est important de prendre en compte la possibilité de cumuler plusieurs fonctions. Ainsi depuis quelques temps, grâce à l’évolution du marché du travail et de ses normes, on observe de plus en plus de cas de personnes décidant de cumuler leurs fonctions de salarié avec celles de consultant.

Comment devenir consultant ?

Faire son offre de service

Pour que votre offre de service soit véritablement efficace, il est primordial qu’elle réponde à un besoin concret de vos clients potentiels. Pour y parvenir, vous devez mettre en avant les bénéfices tangibles que vous apportez à votre clientèle. Il s’agit de considérer avec attention les améliorations positives que votre mission ou votre prestation engendrera pour eux ou pour les parties prenantes impliquées.

Le bénéfice que vous offrez à vos clients constitue la véritable valeur ajoutée de votre offre, et c’est précisément ce qui incitera les futurs clients à vous choisir. Il est donc essentiel de ne pas confondre ce bénéfice avec les méthodes ou les outils que vous allez utiliser pour atteindre les objectifs fixés. Vous devez clairement mettre en avant l’impact positif et les résultats concrets que vos clients peuvent attendre de votre intervention.

Pour cela, il est essentiel de vous présenter comme un expert incontesté dans votre domaine. Démontrez que vous maîtrisez parfaitement les compétences et les connaissances nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques de vos clients. Mettez en avant votre expertise, votre expérience et vos réussites passées pour inspirer confiance et crédibilité à vos futurs clients.

Une approche stratégique consiste à ne pas chercher à tout faire, mais à vous focaliser sur les domaines dans lesquels vous excellez. En étant sélectif et en ciblant les domaines où vous êtes véritablement un expert, vous serez davantage reconnu comme une référence par vos clients. Cette reconnaissance renforcera votre positionnement et encouragera les clients satisfaits à parler de vous positivement, ce qui contribuera à accroître votre visibilité et votre réputation sur le marché.

S’assurer que cette offre correspond à un marché

Il est essentiel de faire une distinction entre le besoin et le marché. Bien que le besoin soit souvent réel, cela ne garantit pas nécessairement que le marché est également présent.

Ainsi, il est primordial de réaliser rapidement une étude de marché. Soyez pragmatique dans votre approche et n’hésitez pas à poser directement et simplement la question à vos futurs clients ou prescripteurs pour comprendre leur intérêt et leur demande réelle. Cette démarche vous permettra d’évaluer la viabilité de votre offre et d’identifier les opportunités commerciales pour assurer le succès de votre projet.

N’hésitez pas à interroger vos potentiels clients sur leurs besoins. Ces rencontres pourraient vous permettre de peaufiner votre offre et de découvrir des marchés auxquels vous n’aviez pas pensé, mais auxquels vous pourriez parfaitement répondre. Cette découverte est fréquente et peut ouvrir de nouvelles opportunités.

Pour cette raison, il est préférable de ne pas passer trop de temps à élaborer une offre de services. Allez rapidement sur le terrain pour la confronter à la réalité et ainsi la faire évoluer en fonction des besoins que vous identifierez.

Conseil : Avant de commencer, prenez le temps d’identifier et d’organiser dans une base de données (comme un tableau Excel ou un CRM) les contacts que vous solliciterez pour ce travail. Qu’ils soient déjà connus ou non, enregistrez leurs coordonnées (adresse e-mail, numéro de téléphone, adresse postale) et ajoutez une colonne pour un «résumé de l’entretien», une autre pour «suite à donner», et enfin une colonne pour «échéance» de chaque contact. Cela vous permettra d’avoir une vue d’ensemble claire et organisée de vos interactions avec vos potentiels clients.

La base de données est un outil de travail indispensable pour tout consultant ou entreprise commerciale souhaitant développer son activité. La notion de cible est fondamentale, car elle permet de s’adresser de manière pertinente à un marché spécifique.

En tant que consultant, on parle même de micro-cible, car votre activité de consultant est souvent spécialisée, visant un public restreint. Il est donc essentiel d’affiner votre base de données au fil du temps pour optimiser vos relances et votre communication.

La précision de cette base de données est cruciale. Vous devez définir de manière exhaustive le type d’entreprises qui ont potentiellement besoin de votre expertise. Il est également important de spécifier le secteur géographique que vous pouvez couvrir en tant que consultant.

L’organisation de ces données dans votre base de données est une étape importante pour assurer une gestion efficace de vos contacts et vous permettre de développer votre réseau et vos opportunités commerciales.

Conclusion

Le statut de consultant est sans aucun doute le statut professionnel offrant la plus grande liberté dans le travail. Que vous ayez créé une entreprise (SA ou Sàrl) ou que vous soyez en payrolling, le consulting vous permet de choisir vos clients et les personnes avec lesquelles vous allez travailler. Il vous permet également d’organiser vos journées de travail comme vous le souhaitez, de voyager, mais aussi d’avoir des revenus complémentaires par exemple.

Attention tout de même à se poser les bonnes questions avant de se lancer dans l’aventure car de nombreux différents statuts existent aujourd’hui en Suisse. N’hésitez pas à faire appel gratuitement à des conseils d’experts comme Helvetic Payroll pour vous guider dans votre orientation. C’est ensuite que vous pourrez tester votre projet et jouir de la liberté du statut de consultant payrollé.

0 comment

Ajouter un commentaire

ÊTRE RAPPELÉ
ÊTRE RAPPELÉ